Un projet majeur de Hideo Kojima récemment annulé

Hideo Kojima vient de révéler qu’un projet « majeur » jusque là en développement s’est vu annulé, il y a peu de temps. L’auteur japonais s’avoue aigri.

Dans un entretien avec le site japonais LiveDoor (traduit par l’équipe de VGC), Hideo Kojima a le temps d’aborder certains sujets concernant Kojima Productions, qu’il s’agisse du projet actuel, Death Stranding, ou des projets à venir.

Pour ce qui est du futur du studio, Hideo Kojima travaille actuellement sur son prochain jeu mais il ne peut nous en dévoiler le moindre élément, étant donné qu’il en est toujours aux stades de développement préliminaires. Il est impossible de déterminer avec certitude si ce prochain projet est conçu comme un jeu horrifique, l’auteur ayant récemment confié sa forte envie de remodeler ce genre après son coup d’essai sur P.T.

En parallèle et sur une note plus pessimiste, un projet de Kojima (apparemment d’ampleur significative) a récemment été annulé.

Récemment, un de mes principaux projets a été annulé donc je suis assez exaspéré. Mais bon que voulez-vous, c’est le business vidéoludique.

Hideo Kojima, Entretien avec LiveDoor (Traduction VGC)

Nous n’avons aucune idée de l’identité du projet annulé, si ce n’est qu’il ne s’agit certainement pas du soit-disant reboot Silent Hills. Hideo Kojima lui-même a nié en bloc la rumeur selon laquelle il aurait repris en main le développement annulé (lui aussi) du fameux Silent Hills, alors en préparation chez Konami avec Guillermo Del Toro et Norman Reedus sous la forme de P.T. alias Playable Teaser. « C’est totalement faux« , assène-t-il sans équivoque.

En ce qui concerne la sécurité financière du studio, aucun souci n’est à se faire, selon le créateur japonais. Le seuil de rentabilité de Death Stranding a été largement dépassé, et c’est sans compter la sortie sur PC pour la mi-Juillet 2020, après un report de six semaines dû aux complications engendrées par le COVID-19.

Sources : VGC
Images Copyrights : Kojima Productions (Animated Logo)

Sonic aura droit à sa suite

Paramount Pictures et Sega Sammy viennent de confirmer la préparation d’une suite à Sonic The Hedgehog. Même réalisateur et mêmes scénaristes.

Après le succès particulièrement rassurant du premier film, Paramount Pictures décide de valider la mise en chantier d’une suite. On ne change pas une équipe qui gagne, nous nous retrouvons donc Jeff Fowler à la réalisation et le duo Pat Casey & Josh Miller à l’écriture.

Au casting du premier film, nous avions Ben Schwartz prêtant sa voix à Sonic lui-même, James Marsden incarnant son meilleur ami Tom et Jim Carrey dans le rôle de l’antagoniste Dr. Robotnik. Le développement de ce « Sonic 2 » n’en est encore qu’à ses premiers stades, donc toute décision vis-à-vis des acteurs et des dates de tournage reste encore à prendre, mais il serait particulièrement surprenant de ne pas voir les comédiens reprendre leurs rôles.

La production est assurée par Neal H. Moritz, Toby Ascher et Toru Nakahara. Quant à la production exécutive, elle est entre les mains de Hajime Satomi, Haruki Satomi and Tim Miller.

Sonic, un pari risqué pour Paramount Pictures

Le succès du premier film Sonic ne tient pas d’un conte de fée. Après la publication du premier trailer, le 30 Avril 2019, une forte vague de protestations scandalisées émane du Net concernant le design de Sonic lui-même, loin d’être ressemblant à la version du jeu vidéo. Probablement conscient qu’une partie significative de son public (l’autre portion étant le public enfant) est représentée par les protestants, Paramount Pictures cède et repousse la sortie du film de trois mois, afin d’accorder le temps nécessaire aux techniciens en post-production.

La situation n’est guère rassurante pour le studio. Les adaptations de jeux vidéo ont rarement étincelé de succès financier, et une telle décision accroît les dépenses de manière non-négligeable, réduisant encore plus les marges de manoeuvre pour obtenir un projet rentable.

Mais au 14 Février 2020, lorsque sort enfin le film, à l’aube du week-end rallongé du President’s Day (le troisième Lundi de chaque mois de Février, qui honore les présidents d’Amérique), c’est avec un étonnant succès. Un excellent score « A » en termes de satisfaction sur le site de référence Cinemascore, 95% de spectateurs réjouis selon les recensements de Rotten Tomatoes, et 111 millions de dollars générés dans le monde à l’issue du week-end, au 17 Février.

Au final, ce sont pas moins de 306 millions de dollars qui sont récoltés, pour un budget de production estimé à 85 millions. Rien de stupéfiant, mais avec la règle du seuil de rentabilité, cela nous revient théoriquement à une cinquantaine de millions de dollars de bénéfices. De quoi soulager bien des consciences au sein du studio. Il est intéressant de rappeler que le film n’est toujours pas sorti dans plusieurs territoires, y compris la Chine et le Japon. Ce chiffre pourrait donc atteindre de nouveaux paliers.

Paramount a également avancé que le film s’était vendu à plus de deux millions de copies numériques, le film faisant partie des productions disponibles plus tôt que prévu en temps de confinement anti COVID-19.

Sources : VarietyThe Hollywood ReporterDeadlineBox Office Mojo
Images copyrights : Paramounnt Pictures – Sega Sammy Holdings Inc.

La Xbox Series X garde la rétro-compatibilité en tant que valeur-clé

Microsoft se dresse comme le porte-étendard du patrimoine vidéoludique, en garantissant une rétro-compatibilité qui remonte à la toute première Xbox pour sa future Xbox Series X en fin d’année 2020.

Dans un long billet rédigé sur le Xbox Wire, le Directeur du Program Management de la Xbox Series X, Jason Ronald rappelle encore une fois les objectifs fixés par Microsoft pour la prochaine génération de consoles. De nombreux yeux sont fixés sur une guerre de chiffres et de performances dont la grande majorité des joueurs internautes n’en comprennent pas les subtilités comme le ferait un développeur de profession.

Mais une console peut également gagner des coeurs dans les services qu’elle offre à son public. Si la Playstation 5 mise en partie sur la performance extrême de son SSD, comme en témoigne la récente démonstration de l’Unreal Engine 5, elle reste en revanche limitée à sa soeur aînée, la Playstation 4, pour ce qui est de la rétro-compatibilité. Une prise de position envers laquelle Microsoft se tient aux antipodes avec sa Xbox Series X.

À compter du lancement de la nouvelle console du géant américain, en fin d’année 2020, ce sont pas moins de 200 000 heures de tests qui auront été effectuées par les équipes de Microsoft afin de garantir une rétro-compatibilité allant de la toute première Xbox jusqu’au dernier modèle.

La future Xbox Series X se pose comme la garantie d’une rétro-compatibilité optimale. Les anciens jeux tournent nativement sur la nouvelle console et bénéficient entièrement de ses performances. « Pas de mode boost, pas de down clocking (sous-fréquençage)« . Stabilité du framerate (fréquence d’images), nombre réhaussé d’images par seconde (possiblement passer de 30 à 60, ou de 60 à 120) et résolution supérieure… sans oublier des temps de chargement réduits grâce à SSD interne.

Pour rappel, la fonction Quick Resume est là pour permettre aux joueurs de reprendre instantément leur partie exactement à l’instant et l’endroit où ils l’ont laissée, et ce même pour les plus anciens titres. Tout est géré en interne par la console et ne requiert aucun travail supplémentaire de la part des développeurs.

Microsoft compte également sur ses nouvelles technologies afin de rendre la rétro-compatiblité de la Xbox Series X encore plus efficace. Un partenariat avec le Xbox Advanced Technology Group permet à la console d’afficher automatiquement les jeux en HDR, le tout sans impact sur la performance du jeu, y compris sur les titres développés pour Xbox et Xbox 360, à l’époque où la technologie n’existait pas.

La future Xbox Series X avance également la méthode Heutchy, une technologie qui permet à certains jeux d’atteindre les 4k en termes de résolution, voire même d’ajouter un filtrage anisotrope afin d’augmenter encore davantage la qualité visuelle.

Fier de l’importance qu’il accorde à la notion d’héritage et de patrimoine vidéoludique pour les joueurs, Microsoft coordonne toutes ses technologies internes afin de rester dans la continuité philosophique de la technologie Smart Delivery. Apportée par la Xbox Series X, elle garantit l’obtention de toute version supérieure pour un jeu acheté sur une génération antérieure. Un joueur n’aura plus à acheter le même jeux à deux reprises.

Sources : Xbox Wire
Images Copyrights : Microsoft

Henry Cavill en discussions pour reprendre le rôle de Superman

Henry Cavill serait actuellement en phase de négociations pour revenir dans le rôle de Superman, quand bien même une suite à Man of Steel n’est pas à l’ordre du jour.

La nouvelle nous vient de Deadline et se voit confirmée par l’équipe de Variety. Henry Cavill, qui a incarné Clark Kent de Man of Steel en 2013 à Justice League en 2017, est en discussions avec Warner Bros. pour reprendre le rôle de l’Homme d’Acier au sein de l’univers DC.

Il est important de préciser que les sources nient toute possibilité d’un nouveau film standalone sur le personnage de Superman – une suite à Man of Steel n’est pas à l’ordre du jour pour Warner Bros. Il y aurait apparemment plusieurs possibilités de faire revenir le dernier fils de Krypton sur grand écran, et ces options sont à l’étude afin de déterminer le meilleur plan d’action.

De ce que nous en savons, il n’y a donc pas de Man of Steel 2. À partir de là, les sources divergent entre Deadline et Variety. Nous allons les lister.

DEADLINE : Wonder Woman 1984 (Patty Jenkins) et The Suicide Squad (James Gunn) sont déjà bouclés, et le projet The Batman (Matt Reeves) ne prévoit aucun lien avec le reste de l’univers cinématographique DC. La possibilité d’un caméo de Henry Cavill reposerait donc sur Shazam 2, Black Adam ou Aquaman 2.

VARIETY : les sources proches du dossier précisent que le retour de Henry Cavill n’est pas lié à la décision de Warner Bros. de compléter le Snyder Cut pour HBO Max. Il s’agirait plutôt de Aquaman 2, The Suicide Squad ou encore The Batman.

Nous tenons à rappeler encore une fois que tout ceci n’a rien d’officiel. Ni Warner Bros, ni les agents de Henry Cavill n’ont rédigé la moindre réponse face aux interrogations de la presse à ce sujet, et les deux prévisions de Deadline et Variety reposent sur des spéculations.

Sources : DeadlineVariety
Images Copyrights : Warner Bros.

Les jeux jouables via GeForce NOW sur consentement des studios

À partir du 31 Mai 2020, seuls les titres expressément inscrits au catalogue de GeForce NOW de NVIDIA restent accessibles. La suite se détermine sur la base du bon vouloir des ayant-droits.

Inutile de s’étendre en long, en large et en travers sur les soucis rencontrés par GeForce NOW depuis son lancement. Le service de streaming de NVIDIA propose aux clients de jouer aux jeux achetés et disponibles sur leurs bibliothèques locales, en laissant les serveurs du groupe faire tourner le programme à distance plutôt que devoir dépendre d’un bon (et onéreux) matériel de gaming. Rien n’est requis à part une solide connexion internet, la possession des jeux vidéo souhaités et bien entendu, un abonnement mensuel pour 5,49€ par mois (ou une offre gratuite – sous restrictions).

Mais ce qui se posait comme la parfaite réponse à une offre bien moins alléchante de la part de Google avec Stadia est devenu sujet de moult discussions lors de départs successifs de différents éditeurs. Parmi eux, Activision/Blizzard, Bethesda Softworks ou encore Warner Bros Interactive Entertainment. Les raisons n’ont jamais été officiellement spécifiées mais si nous pouvons nous accorder un peu de spéculation, il semblerait qu’aucun accord préalable n’ait été négocié entre NVIDIA et les ayant-droits des jeux vidéo accessibles via GeForce NOW.

NVIDIA tente dorénavant une manoeuvre décisive afin de solidifier le terrain de manière concrète. Les éditeurs et studios propriétaires doivent maintenant choisir d’inscrire manuellement leurs titres s’ils souhaitent les voir conservés sur l’offre de GeForce NOW. Tout titre n’ayant pas opté pour un recensement d’ici le 31 Mai 2020 devient automatiquement inaccessible par défaut.

Dans un communiqué, le Directeur général de GeForce NOW Phil Eisler affirme que plus de 200 éditeurs ont choisi de s’aligner du côté de NVIDIA, ce qui représente plus de 2 000 jeux, avec 500 d’entre eux accessibles dès maintenant – de nouveaux ajouts étant faits chaque Jeudi. Bien que NVIDIA ait toujours exprimé son regret face au départ des éditeurs ayant choisi de se retirer de l’offre, le groupe précise que de nombreux ayant-droits sont toujours « en train d’évaluer leurs possibilités face à l’offre du streaming« .

Le statut du catalogue GeForce NOW est accessible ici, afin de déterminer quels titres font (ou feront) partie de l’offre et quels titres en seront retirés.

Sources : NVIDIA
Images Copyrights : NVIDIA Corporation

Un livestream de Marvel’s Avengers le 24 Juin

Square Enix vient d’officialiser la date du 24 Juin 2020 pour en dévoiler davantage sur son prochain titre : Marvel’s Avengers. Gameplay et mode multi sont au programme.

La nouvelle est confirmée sur les réseaux sociaux, notamment via le compte Twitter réservé à Marvel’s Avengers. Le prochain jeu AAA basé sur l’univers de Marvel Comics revient pour une démonstration en force durant un livestream, le 24 Juin 2020. Cette nouvelle s’inscrit dans la décision de Square Enix de présenter ses jeux un par un plutôt que dans une présentation groupée, suite à l’annulation de l’E3 2020.

C’est à la mi-Janvier que le studio Crystal Dynamics, via ses directeurs Scot Amos et Ron Rosenberg, a annoncé devoir reporter son jeu du 15 Mai au 4 Septembre 2020, soit un report de quatre mois. La priorité était de se focaliser sur la plus haute qualité pour ce jeu qui devrait constituer un des rares titres AAA basé sur l’univers des super-héros.

Actuellement, Crystal Dynamics (créateur de reboot de Tomb Raider en 2013) est soutenu dans sa tâche par les studios Eidos Montréal (Deus Ex : Human Revolution et Deus Ex : Mankind Divided), Crystal Northwest et Nixxes.

Sources : Marvel’s Avengers (Twitter)VGC
Images Copyrights : Square Enix

Une série Millenium autour de Lisbeth Salander en développement chez Amazon

Amazon a validé le développement d’une série centrée sur Lisbeth Salander. Ce projet n’est lié ni films, ni aux livres, mais constitue un projet indépendant dans un contexte moderne.

Le succès mondial du défunt Stieg Larsson avec la saga Millenium n’est pas prêt de s’arrêter, en dépit d’une trilogie de films suédois et de deux versions hollywoodiennes. Selon les informations obtenues par Variety et confirmées par Deadline, le projet actuellement en cours de développement est une toute nouvelle interprétation.

Centré autour du personnage de Lisbeth, il place la jeune femme dans un contexte moderne, avec de nouveaux personnages et de nouvelles histoires. À l’heure actuelle, aucun scénariste, réalisateur ou actrice se sont attachés au projet.

Lisbeth Salander a été incarné par trois actrices différentes depuis 2009. La notoriété de Noomi Rapace a connu un bond en avant depuis son rôle dans les trois films suédois. Par la suite, Rooney Mara a pris le relais dans le remake de David Fincher, et enfin, c’est Claire Foy que l’on retrouve au casting de l’adaptation du livre The Girl in the Spider’s Web (écrit par David Lagercrantz, successeur de feu Stieg Larsson). À noter que Tehilla Blad a également incarné une jeune version de Lisbeth Salander pour les versions suédoises.

  • Män som hatar kvinnor / The Girl with the Dragon Tatoo / Millénium : Les hommes qui n’aimaient pas les femmes
    NOOMI RAPACE (Niels Arden Oplev, 2009)
  • Flickan som lekte med elden / The Girl Who Played With Fire / Millénium 2 : La fille qui rêvait d’un bidon d’essence et d’une allumette
    NOOMI RAPACE (Daniel Alfredson, 2009)
  • Luftslottet som sprängdes / The Girl Who Kicked the Honest’s Nest / Millénium 3 : La reine dans le palais des courants d’air
    NOOMI RAPACE (Daniel Alfredson, 2009)
  • The Girl with the Dragon Tattoo / Millénium : Les hommes qui n’aimaient pas les femmes
    ROONEY MARA (David Fincher, 2011)
  • The Girl in the Spider’s Web / Millénium : Ce qui ne me tue pas
    CLAIRE FOY (Fede Alvarez, 2018)

La production exécutive est assurée par Andy Harries, fondateur et PDG de Left Bank Pictures, en compagnie de Rob Bullock. Ce nouveau projet de série Millenium est prévu pour être une co-production entre Amazon Studios, Left Bank Pictures et Sony Pictures Television.

Sources : VarietyDeadlineIMDb (Millénium)
Images Copyrights : Sony Pictures Entertainment

COVID-19 : la BlizzCon 2020 annulée

La convention de Blizzard rejoint la liste des events du jeu vidéo annulés à cause du COVID-19. Le groupe étudie la possibilité d’une version digitale pour début 2021.

La productrice exécutive de la BlizzCon, Saralyn Smith, a récemment publié un long communiqué afin d’informer la communauté de joueurs de leur décision d’annuler l’évènement Blizzard de l’année. Cette décision est évidemment prise au regard des risques encourus dûs à la pandémie du Coronavirus, et dont les différents pays tentent toujours de se sortir, étape par étape, en fonction des résultats constatés après les premiers déconfinements.

En faisant écho à un premier message publié au début du mois d’Avril évoquant l’incertitude entourant la BlizzCon 2020, Saralyn Smith établit le constat que trop peu de choses concernant la situation mondiale ont changé pour permettre une BlizzCon sécurisée en 2020. Toutes les discussions du monde autour des mesures sanitaires envisageables ne suffisent pas pour trouver une solution qui puisse garantir la sécurité de tous, personnel, exposants et visiteurs.

Tout en évoquant sa propre déception et celle de tous ceux pour qui elle se fait la porte-parole, la productrice promet bien sûr une nouvelle rencontre à l’avenir, quel que soit le format ou la date que cela puisse adopter.

Des discussions ont actuellement lieu concernant un évènement digital pour la BlizzCon. Mais dû à l’organisation radicalement différente que cela nécessite, une telle option ne peut se faire avant le début de l’année 2021. Saralyn Smith n’oublie pas de mentionner l’importance de l’e-sport mis en avant à chaque BlizzCon pour les titres de l’éditeur, et précise que Blizzard étudie également toute alternative à ce sujet.

L’annulation de la BlizzCon n’a rien de surprenant, la crise du COVID-19 étant encore très loin d’être résolue aux quatre coins du monde. À ce jour et au même titre que d’innombrables secteurs, bien d’autres évènements du jeu vidéo ont été annulés : la GDC en Mars, ainsi que l’E3 de Juin, sans oublier la Gamescom et la QuakeCon au mois d’Août. En réponse à cette pandémie, nombreux sont les organisateurs à opter pour des formats en ligne, qu’il s’agisse du Guerrilla Collective sur Twitch ou de Ubisoft Forward.

Sources : VGCGamekult
Images Copyrights : Activision/Blizzard

Les derniers jeux Quantic Dream rejoignent Steam

Heavy Rain, de même que Beyond : Two Souls et le récent Detroit : Become Human quittent l’exclusivité Epic Games Store pour se rendre disponibles sur Steam à compter du 18 Juin.

Le premier livestream Twitch du studio Quantic Dream a été l’occasion de célébrer le dixième anniversaire de Heavy Rain ainsi que les deux ans d’existence de Detroit : Become Human. Durant près de trois heures, différents invités ont été amenés autour de la table virtuelle pour se remémorer et évoquer les expériences relatives aux productions, qu’il s’agisse des acteurs de doublage ou des têtes pensantes, notamment l’auteur et réalisateur David Cage lui-même.

Vers les deux-tiers de la vidéo (approximativement 2:10:25), Quantic Dream a officialisé l’arrivée de ses trois dernières productions sur la plateforme de Valve, à savoir Heavy Rain (initialement sorti en 2010 sur PS3), Beyond : Two Souls (initialement sorti en 2013 sur PS3) et enfin Detroit : Become Human (initialement sorti en 2018 sur PS4).

Empreints d’un même ADN, ces trois jeux d’aventure narratifs sont reconnaissables pour leur style très cinématographique qui est devenu la marque de fabrique de Quantic Dream. Ces titres avaient rejoint le marché du PC l’année dernière, via une exclusivité en faveur de l’Epic Games Store. Les exclusivités Epic Games durant généralement un an environ, il s’agit là d’une nouvelle attendue mais certainement bienvenue pour les adeptes de Steam et du launcher unique.

Par ailleurs, l’été 2020 en général est une période où plusieurs titres sont en mesure de rejoindre la plateforme de Valve, après une période d’exclusivité pour Epic Games. Outer Wilds sort le 18 Juin et Control sort le 27 Août. Dans le même registre, les titres-phares de la Playstation 4 que sont Horizon Zero Dawn et Death Stranding rejoignent eux aussi l’environnement PC (et Steam) durant l’été 2020 – plus précisément le 14 Juillet pour le jeu de Kojima Productions.

Les fiches Steam sont désormais publiées et éligibles aux listes de souhaits, avec notamment une démo disponible pour chacun d’entre eux. Si les anciens Heavy Rain et Beyond : Two Souls pourront être acquis au prix de 19,90€, il faudra débourser 39,90€ pour faire acquisition du tout dernier jeu en date de Quantic Dream. À noter qu’une édition collector est disponible pour la version PC de Detroit : Become Human (23:35 sur la vidéo du livestream) sous la forme d’une statue de Kara de 27cm.

Detroit : Become Human - PC Collector Kara AX400, 27cm

À la fin du mois de Janvier 2019, Quantic Dream avait annoncé la fin de son partenariat exclusif avec Sony Interactive Entertainment. L’éditeur avait financé les trois jeux, à compter de Heavy Rain, mais à la lumière d’un investissement financier de la part du groupe chinois NetEase Games, Quantic Dream déclarait vouloir étendre l’accessibilité de ses productions et « développer des technologies de pointe et des jeux pour le futur« .

Sources : GamekultVentureBeat
Images Copyrights : Quantic Dream

COVID-19 : Le Ministère de la Culture espère une réouverture des cinémas pour début Juillet

Le ministre de la Culture Franck Riester réfléchit à des plans de réouverture pour les lieux culturels. Dans l’idéal, les cinémas devront réouvrir simultanément.

C’est au cours d’une intervention sur le plateau de France Info que Franck Riester, du Ministère de la Culture, a communiqué les premières idées concernant la réouverture progressive des lieux culturels de l’Hexagone. Rien n’est décidé et les périodes peuvent varier en fonction du secteur, qu’il s’agisse du théâtre ou du cinéma.

Pour les salles de cinéma, on travaille sur une ouverture à partir du 1er juillet ou début juillet. Pour les salles de spectacles, peut-être pouvons-nous commencer à ouvrir progressivement à partir de juin.

Franck Riester, Ministre de la Culture

Un élément important au sujet de la réouverture des salles de cinéma concerne la simultanéité de la reprise. Selon le Ministère, les salles doivent absolument réouvrir toutes en même temps, dans tous les départements du pays. Les enjeux sont autant économiques que promotionnels.

D’une part, les coûts de distribution doivent être optimisés et amoindris autant que possible, surtout en ces temps de fragilité économique nationale. D’autre part, les Français doivent pouvoir comprendre facilement et rapidement quels films sont à l’affiche, indépendamment de la région dans laquelle ils se trouvent.

La question épineuse des mesures sanitaires

Les mesures sanitaires ne sont pas encore fixées. Il y a bien sûr des discussions sur la réduction du nombre maximal de personnes acceptées au sein d’une salle, mais rien n’est moins sûr concernant les règles de distanciation.

Dans un cadre théorique, les membres d’une famille qui vivent sous le même toît ne devraient pas avoir à se distancier. Tolérer des « groupes » dans des contextes spécifiques  permettrait d’accroître le nombre de places autorisées, et éviterait une situation grotesque où une famille de cinq spectateurs signifie l’indisponibilité d’une dizaine de sièges sur une rangée.

Mais le problème se pose : comment le personnel peut-il être en mesure de déterminer si les spectateurs qui se présentent devant les salles font partie du même domicile ? Comment être certain que les Français sauront se discipliner, rester respectueux et prendre leurs responsabilités ? De ce que chacun peut en voir en sortant dans la rue, la responsabilisation n’est pas vraiment la préocuppation première d’une portion significative des Français, à moins d’être directement menacée de sanctions.

La reprise de la production

En ce qui concerne la remise en marche des tournages, Franck Riester a insisté sur l’idée que les producteurs doivent être protégés des risques qu’ils encourent face à toute reprise. Le gouvernement a autorisé l’allocation d’un fond de 50 millions d’Euros, destiné à indemniser les producteurs de cinéma et de télévision face à tous les risques engendrés par la pandémie de Coronavirus.

Il convient de préciser qu’à ce jour, aucune solution n’a été trouvée avec les compagnies d’assurance. Le Ministre de la Culture avance que l’idée du budget de 50 millions est une étape nécessaire pour la reprise, et que cette reprise est vitale pour l’industrie française. « Il y a des besoins pour la télévision, il y a des besoins pour le cinéma et pour cela, les producteurs ont besoin d’être sécurisés« .

Sources : France Info
Images Copyrights : France Info Culture